Depuis cinq ans, la Chine et la Russie tentent de mettre en place un système alternatif à celui des échanges interbancaires SWIFT.

Le système SWIFT (Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication), basé à Bruxelles, est contrôlé par les États-Unis.

Le 18 septembre 2014, le Parlement européen, par sa résolution « sur la situation en Ukraine et l’état des relations UE-Russie » (Ref : 014/2841(RSP)), préconisait de déconnecter la Russie du système SWIFT. En réponse, Moscou commençait à mettre en place un système alternatif pour ses échanges intérieurs, le SPFS (Система передачи финансовых сообщений). Celui-ci entrait en fonction, en décembre 2017. Plus de 500 banques russes y sont désormais connectées et certaines banques étrangères commencent à y être intégrées.

Le problème de la Chine est différent de celui de la Russie. Il ne s’agit pas de se prémunir contre des sanctions politiques et de créer un système de transferts bancaires indépendants, mais d’opérer des virements en yuans alors que cette monnaie n’est pas pleinement convertible sur les marchés des changes.
Depuis le 8 octobre 2015, Beijing développe un système pour les transferts de yuans à l’étranger, à la suite d’un accord avec SWIFT : le CIPS (d’abord Cross-Border Inter-Bank Payments System, puis China International Payments System).

Quoi qu’il en soit, selon la Banque centrale russe, le SPFS et le CIPS sont connectés l’un à l’autre depuis la semaine dernière.