Le président de l’État auto-proclamé de l’Artsakh, Arayik Harutyunyan (photo), a le 11 octobre 2020 accusé Israël d’avoir activement participé à la « guerre de 4 jours » en 2016 et de s’être impliqué en pleine connaissance de cause dans celle de 2020.

Selon lui, l’intention génocidaire de la Turquie et de l’Azerbaïdjan ne fait aucun doute au regard de celui que les populations de ces deux États ont commis en 1894-95 et en 1915-23 vis-à-vis des non-musulmans et particulièrement des orthodoxes arméniens.

Israël a fourni des armes à l’Azerbaïdjan trois jours avant le déclenchement des hostilités et encore trois jours après le début de la guerre [1]. Actuellement, des officiers israéliens conseillent l’armée azerbaïdjanaise quant à l’utilisation de ces armes.

Pour le président Harutyunyan, Israël qui prétend être le refuge des survivants de la « solution finale » ne peut ignorer le génocide qui se prépare. S’il était honnête, lui qui prétend vouloir prévenir tout nouveau génocide, il se retirerait immédiatement du conflit.

[1] « L’Azerbaïdjan armé par Israël contre l’Artsakh », Réseau Voltaire, 1er octobre 2020.