Le chancelier du Reich Adolf Hitler et l’ambassadeur de Pologne, Józef Lipski (à droite sur la photo).

Intervenant devant l’état-major militaire russe, le 24 décembre 2019, le président Vladimir Poutine a déclaré avoir pris connaissance de documents d’archives saisis lors de la chute de Berlin, en 1945.

Ils attestent qu’en 1938 la Pologne d’après le maréchal Józef Piłsudski avait envisagé et planifié avec le Reich allemand la déportation des juifs polonais et allemands en Afrique.

Ils sont probablement relatifs au « plan Madagascar » qui fit l’objet d’une commission paritaire entre les deux États, la Commission Lepecki. Ce projet était une initiative du ministre français des Affaires étrangères, Georges Bonnet [1], qui, enchanté de la politique juive du Reich, avait proposé à son homologue allemand, Joachim von Ribbentrop, de déporter les juifs français et allemands dans cette lointaine colonie. Il fut abandonné au début de la Seconde Guerre mondiale en raison de l’impossibilité d’acheminer les juifs à destination, du fait de la marine britannique.

Le président Poutine a lié ce rappel au négationnisme historique de l’actuel gouvernement polonais et au vote par le Parlement européen d’une résolution rendant responsable l’Union soviétique de la Seconde Guerre mondiale [2].

[1] Georges Bonnet était un ministre de l’aile droite du Parti radical. Il soutint les Accords de Munich et signa un Engagement franco-allemand de collaboration pacifique. Voir : « Ce jour que l’Occident préfère oublier », par Michael Jabara Carley, Traduction Sophie Brissaud, Strategic Culture Foundation (Russie) , Réseau Voltaire, 4 octobre 2015.

[2] « Résolution du Parlement européen du 19 septembre 2019 sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe (2019/2819(RSP)) », Réseau Voltaire, 19 septembre 2019.